Avant le départ

Quelque part en Juin, un matin banal au bureau.

Le téléphone sonne et on m’y annonce que je vais partir, loin, longtemps. Plus précisément 14 mois en Terre Adélie, en Antarctique. Étonnamment sur le moment pas la moindre émotion, je ne percute tout simplement pas vraiment la chose. Cela fait alors quatre mois que j’attends un entretien, puis les résultats des tests médicaux et psychologiques (je vais bien, merci), puis la réponse finale.

C’est donc officiel, je vais partir pour un hivernage en tant que responsable technique de la base Dumont d’Urville (DDU) pour sa 67ème mission !

ddu-ss-c

Base Dumont d’Urville en été

Mon rôle là-bas sera de piloter tous les aspects techniques de la base qui permettent aux scientifiques de mener leurs études à bien : production d’électricité, d’eau potable, maintenance des bâtiments et des véhicules… Pour en savoir plus

Pas le temps de niaiser, j’ai moins d’un mois pour acheter, préparer et envoyer la plupart de mon matériel, à savoir jusqu’à 90 kg réparti dans trois malles : vêtements (très) chauds, un an de produits d’hygiène, de quoi tuer le temps pendant les longues « journées » d’hiver, des bouquins techniques, quelques douceurs culinaires… 90 kg ça paraît moult, mais finalement le poids limite est bien vite atteint.

Tout ça part début Septembre en bateau de France pour un long périple jusqu’en Tasmanie où je les retrouverai dans le bateau qui fera Hobart – Dumont d’Urville début Décembre, ce qui laisse donc trois mois pour me rendre compte de toute ce que j’ai oublié de mettre dedans.

Début Octobre, tous les hivernants des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF) se retrouvent vers Brest pour une semaine et demi de formations et présentations diverses. Des scientifiques nous y parlent des mouches sans ailes des Kerguelen, tandis que des médecins font tout leur possible pour nous faire flipper histoire de rappeler que là-bas c’est la nature qui décide et que les rapatriements sanitaires sont plus ou moins impossibles (et aussi que les otaries dans la vraie vie ont plus tendance à arracher des doigts qu’à faire tourner des ballons sur leur nez).

01-hivernants-dsc04124-dev

Equipe TA 67 – © Jean-Yves VITOUX

Après ça il reste moins de deux mois pour galérer avec la paperasse administrative, déménager, acheter le matos manquant, profiter de ce qu’on aura plus pendant un an, faire la tournée des amis et de la famille… Bref c’est demain et ça paraît quand même trop loin

Publicités

2 réflexions sur “Avant le départ

  1. Bonjour,
    Je découvre aujourd’hui votre blog. Magnifique, je voyage!
    Ce que vous nous faites vivre avant votre départ, nous l’avons aussi vécu par personne interposée.
    Notre fils, Cyril, est mécanicien centrale en second pour TA 67. C’est vous dire si votre blog va être suivi dans la famille.
    Au plaisir de vous lire à nouveau.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s