La centrale

Les piafs, la banquise, les jolis couchers de soleil, c’est bien beau tout ça, mais ça n’est quand même pas (que) pour ça qu’on est là. Je commence donc la série des différents lieux et domaines techniques par le bâtiment probablement le plus important et le plus vital de la base : la centrale, l’antre de Bertrand le chef central et Cyril le second mécano.

DSC_7284-DEVLR.jpg
la centrale sous une aurore

La centrale c’est d’abord trois groupes électrogènes capables de délivrer chacun 140 kW pour alimenter en électricité toute la base 24/24. Sauf cas extrême de consommation il n’est pas nécessaire de coupler plusieurs moteurs et un seul est en fonctionnement. En avoir trois permet surtout d’en avoir toujours un qui débite, un en révision et un troisième en attente au cas où celui en fonctionnement aurait des problèmes.  Un dernier groupe de secours se situe dans un autre bâtiment et n’est là qu’en cas de gros problème de la centrale.

pano centrale-DEVLR.jpg

Mais les moteurs ne sont que la partie la plus visible (et bruyante) de l’iceberg, puisque la centrale gère également la production d’eau douce de la base. Pour ça l’eau de mer est pompée quelques dizaines de mètres plus bas, et acheminée jusqu’au bâtiment où elle est rendue potable via le bouilleur. Son mode de fonctionnement est relativement simple puisqu’il consiste à mettre l’eau en ébullition et récupérer les vapeurs débarrassées du sel et autres impuretés en les refroidissant ensuite.

DSC_7450-DEVLR
le bouilleur

 

 

L’énergie étant une denrée précieuse ici encore plus qu’ailleurs, pas question de re-consommer de l’électricité ou du gasoil pour chauffer cette eau : un système de cogénération récupère la chaleur de l’échappement des moteurs, et un autre échangeur permet de récupérer celle du circuit de refroidissement des moteurs. L’eau est ensuite reminéralisée car trop pure elle serait mauvaise pour la santé, puis passe par des filtres UV qui empêchent le développement d’algues et autres bactéries qui sans ça auraient la fâcheuse tendance à prendre nos cuves pour des piscines municipales.

Forcément pour régler tout ça ce n’est pas un simple bouton « on/off » et la centrale est remplie de tuyaux, vannes, pompes, débitmètres, thermomètres etc… qu’il faut souvent trifouiller et contrôler pour assurer une qualité optimale de la « centraline » qu’on boit tous les jours.

Une coupure d’électricité ou de pompage d’eau entrainerait un gel très rapide des canalisations en plus du refroidissement des bâtiments ce qui peut rapidement être catastrophique ici, il y a donc une surveillance de la centrale jour et nuit. Celle-ci est assurée par l’intégralité de l’équipe technique à tour de rôle et consiste à assurer une surveillance à la centrale et faire régulièrement des relevés des paramètres les plus importants.

Le quart de nuit s’effectue de 20h à 6h30 du matin et permet chaque semaine de goûter aux joies du jet lag, coincé dans un bureau à côté d’un moteur. En dehors des relevés à faire toutes les deux heures, cela consiste surtout à être là en cas d’alarme pour régler le problème ou réveiller ceux qui le peuvent en fonction du problème : alarme incendie, de température, du moteur, du bouilleur, de pression…

Pour le reste on regarde des films, on fait notre lessive, on s’occupe des photos, on lit nos mails, on va bricoler dans l’atelier d’à côté pour le prochain cadeau d’anniversaire, on photographie les aurores, on avance le travail à faire, on compte nos doigts… bref tout ce qui est en notre pouvoir pour rester éveillé.

Accessoirement le quart de nuit s’occupe aussi de la veille radio de la base, mais comme les sorties banquise ne sont pas possible la nuit et qu’il n’y a bizarrement pas beaucoup de visiteurs dans le coin, les appels de nuit sont plutôt rares…

Publicités

2 réflexions sur “La centrale

  1. En parlant de nuit, est-ce qu’à votre position autour du 21 juin, vous aurez le droit à une nuit de 24h, ou est-ce que le soleil peut paraître (si la météo le permet bien sûr) ne serait-ce que quelques minutes ?

    J'aime

    1. Étant sous le cercle polaire, nous allons en effet bientôt entrer dans une nuit polaire autour du solstice. Par contre je ne sais pas encore si le soleil sera assez proche de l’horizon pour qu’on voit quand même une petite lueur. Je pourrai répondre à ça dans un mois!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s